Cancer du cerveau chez l’enfant : le glioblastome décodé

  • Accueil
  • Santé
  • Cancer du cerveau chez l’enfant : le glioblastome décodé

» Partager cette page


Les tumeurs du cerveau – les tumeurs les plus meurtrières qui existent – sont le deuxième cancer le plus fréquent chez les enfants. En effet, ces tumeurs, dont le mortel glioblastome fait partie, emportent 200 petits Canadiens chaque année. Après 2 ans de recherche, la Dre Nada Jabado et son équipe du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) ont découvert pourquoi les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie traditionnels étaient inefficaces contre le glioblastome… La réponse se trouvait dans les gènes!


Le glioblastome décodé : une avancée scientifique majeure

Des chercheurs du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) ont récemment fait une découverte majeure : ils ont identifié deux mutations génétiques à l'origine de près de 40 % des glioblastomes chez l'enfant.

Le glioblastome :
une condamnation à mort

Le glioblastome est une tumeur du cerveau très agressive. Son apparition peut être spontanée, et il peut toucher toutes les parties du système nerveux central, qu'il envahit d'une façon très extensive. Lorsque le glioblastome est situé dans le tronc cérébral, les chances d'en guérir sont pratiquement nulles. Chez les enfants, les tumeurs du cerveau sont, après la leucémie, la forme de cancer la plus fréquente.

titrePhoto

 

 

Connaître le pourquoi pour trouver le comment...

Les mutations génétiques trouvées par l'équipe de la Dre Jabado, hématologue-oncologue pédiatre à l'Hôpital de Montréal pour enfants du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et principale chercheuse de l'étude, touchent l'histone H3.3, une composante importante de l'ADN. Ces mutations génétiques empêchent les cellules de se dupliquer normalement et protègent la tumeur contre les traitements traditionnels. Cela explique pourquoi la chimiothérapie et la radiothérapie utilisées contre les cancers du cerveau chez les enfants demeurent inefficaces. Cette découverte ouvre aussi la voie à de nouvelles recherches pour trouver comment traiter l'enfant atteint d'un glioblastome de façon plus appropriée et plus efficace.

 

Une découverte prometteuse pour d'autres cancers

Durant leurs recherches, les scientifiques du CUSM ont identifié, dans 80 % des cancers du tronc cérébral, la même mutation génétique. « [Selon nos données,] cette même mutation est responsable de 40 % des tumeurs qui sont situées ailleurs, » a expliqué la Dre Jabado lors d'une entrevue diffusée sur les ondes de Radio-Canada. En effet, les oncologues savent désormais que la mutation du gène H3.3 est observée dans d'autres cancers, comme les cancers du côlon et du pancréas, le lymphome, la leucémie et le cancer neuroendocrinien.

Qu'est-ce qu'une histone?

Dans le noyau des cellules eucaryotes, l'ADN est compacté grâce à son association avec des protéines : les histones. Il y a cinq classes d'histones : H1, H2A, H2B, H3 et H4. (L'histone H3.3 est un sous-groupe de la classe H3.)

L'ADN s'enroule sur les histones comme un fil sur une bobine. Cela a pour effet de le protéger. D'ailleurs, saviez-vous que si vous pouviez dérouler l'ADN contenu dans une seule de vos cellules, il atteindrait 1,8 mètre de long?

 

Nada Jabado

Professeur, Département de pédiatrie, Université McGill

 

« Le glioblastome est fatal quand il se loge dans le tronc cérébral, l’endroit qui gouverne notre cœur et notre respiration. Ce n’est donc jamais une bonne nouvelle, parce que j’annonce nécessairement un arrêt de mort aux parents. Heureusement, grâce à notre découverte, nous avons maintenant de l’espoir! »

» En savoir plus