Jacques Simard


Affiliation : Université Laval
Organisation : Centre de recherche du CHU de Québec
Courriel : Jacques.Simard@crchul.ulaval.ca
Site Internet



À propos de Jacques Simard

Jacques Simard, est détenteur depuis 2001, de la Chaire de recherche du Canada en oncogénétique, professeur titulaire au Département de médecine moléculaire de l’Université Laval et directeur adjoint à la recherche fondamentale et responsable du centre de génomique du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval.


Auteur de plus de 430 publications, il a participé à la caractérisation de l’impact des mutations dans les gènes de susceptibilité au cancer du sein et de l’ovaire BRCA1 et BRCA2.

 

Il a été directeur du Interdisciplinary Health Research International Team on Breast Cancer susceptibility (INHERIT BRCAs 2001-2008; 7.8 M$) et de l’équipe des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) sur les risques familiaux de cancer du sein (2008-2014; 5,4 M$). 

 

Depuis 2013, Pr Simard est le chercheur principal (Pre Bartha Maria Knoppers est cochercheuse principale) du projet à grande échelle de Génome Québec/Génome Canada/IRSC, intitulé PERSPECTIVE (stratification personnalisée des risques pour la prévention et la détection précoce du cancer du sein; 2013-2018; 11,78 M$). Le projet regroupe 25 cochercheurs du Canada, du Royaume-Uni, des États-Unis, des Pays-Bas et de l’Allemagne. Ses recherches portent sur le développement des outils nécessaires à la mise en œuvre d’une approche de stratification du risque qui permettra de cibler le dépistage du cancer du sein par mammographie chez les femmes les plus susceptibles de développer la maladie. Elles permettront de mieux desservir la sous-population de femmes plus jeunes, soit par exemple de 35 à 49 ans, qui sont à risque élevé d’avoir un cancer du sein et qui échappent présentement au programme de dépistage standard, principalement basé sur l’âge comme critère d’éligibilité. En raison du caractère souvent plus agressif des cancers du sein frappant ces jeunes femmes, une détection et un suivi plus précoces permettraient l’utilisation de thérapies moins invasives, de réduire les effets secondaires des traitements, d’améliorer leur survie et d’augmenter leur qualité de vie. La stratification des femmes en fonction de leur groupe de risque de cancer du sein devrait avoir des retombées importantes en santé publique, non seulement pour l’organisation des services offerts, mais aussi dans le choix des méthodes de dépistage les plus appropriées et les plus efficientes.

 

Professeur Simard est membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé depuis 2008. En 1997, il s’est vu attribuer le Prix du jeune chercheur André-Dupont, décerné par le Club de recherches cliniques du Québec. En 1999, il a reçu le prestigieux prix Richard E. Weitzman décerné par la Endocrine Society à un chercheur de moins de 40 ans. Il a également obtenu le Prix d’excellence 2004 de la Fondation de la recherche sur les maladies infantiles.



Concours ouverts