Consortium canadien sur le génome des cancers pédiatriques : Application des technologies de séquençage de la génération suivante pour de meilleures thérapies du cancer infantile à risque élevé

Chercheurs principal : Poul Sorensen
Thème : Santé
Concours : Concours IRSC Génome Canada pédiatrique
Statut : En cours
Début : 1er juill. 2011
Budget : 2 900 000,00 $



Le cancer est la cause la plus courante de décès non accidentels chez les enfants, depuis la première enfance jusqu’au début de la vie adulte. Au Canada, tous les ans, environ 1 400 enfants (0-18 ans) reçoivent un diagnostic de cancer. Environ 200 mourront et un grand nombre d’autres devront vivre toute leur vie avec des complications de la maladie et des traitements. Le cancer et les maladies liées au cancer demeurent donc un fardeau social et économique inacceptable pour le Canada et les familles canadiennes.

 

Même si la survie générale des enfants atteints de cancer s’est considérablement améliorée au cours des trois dernières décennies, il reste encore d’importants défis à relever. Une proportion importante de cancers infantiles demeurent incurables ou ne peuvent être soignés que par des traitements qui laissent à l’enfant des incapacités mentales et physiques qui durent toute sa vie. De plus, les thérapies sont à peu près impuissantes pour les enfants chez qui les tumeurs sont récurrentes ou se propagent à d’autres parties du corps. Pour continuer d’améliorer le taux de survie, la qualité de vie des enfants qui survivent au cancer et alléger le fardeau socio- économique de leur famille, il est important de comprendre pourquoi certains types de tumeurs se propagent ou récidivent et pourquoi certaines des tumeurs les plus agressives résistent à la thérapie. À cette fin, un groupe de chercheurs et de cliniciens canadiens hautement chevronnés, des experts des cancers infantiles et des nouvelles technologies de séquençage de l’ADN, coopèrent pour utiliser l’une des technologies de séquençage génétique les plus puissantes jamais mises au point pour sonder les génomes (ADN) de quatre des cancers infantiles les plus récalcitrants connus. Ce projet exhaustif a pour but ultime d’utiliser l’information génétique nouvellement découverte sur ces cancers pour mieux comprendre les cibles et les nouvelles thérapies qui peuvent être mises au point pour lutter contre ces maladies dévastatrices. Les chercheurs utiliseront cette technologie puissante et d’avant-garde de « séquençage de la génération suivante » pour analyser rapidement l’ADN de tout le génome humain contenu dans les cellules cancéreuses. Ils examineront et compareront directement la signature génétique des cellules cancéreuses primaires et des cellules cancéreuses qui se sont propagées (métastasées) ou qui ont récidivé dans le médulloblastome infantile (cancer du cerveau), l’ostéosarcome métastatique (cancer des os) et la leucémie récurrente (cancer des globules blancs), pour découvrir les anomalies génétiques qui poussent les cellules cancéreuses à se propager ou à résister au traitement. Ils détermineront en outre les signatures génétiques de trois tumeurs cérébrales infantiles très mortelles pour découvrir de nouveaux gènes qui peuvent être des cibles de nouvelles thérapies médicamenteuses. Nos études donneront une vue inégalée des génomes des tumeurs de ces maladies. Nous parviendrons non seulement, à court terme, d’améliorer les thérapies adaptées aux enfants atteints de ces cancers mortels, mais à long terme, nous parviendrons à mettre au point de nouveaux médicaments pour des patients qui n’auraient autrement que des options de traitement limitées.

 

Le projet prévoit également l’étude de nombreux aspects éthiques à considérer dans les  décisions à prendre sur les moments et les façons qui conviennent le mieux pour communiquer les résultats des études génétiques sur les cancers infantiles aux patients et à leur famille. À court terme, cette étude multidisciplinaire pancanadienne redéfinira le fondement génétique des cancers infantiles agressifs, ce qui, selon nos prévisions, mènera à une meilleure compréhension du rôle possible des nouvelles thérapies « ciblées » pour ce groupe de maladies. À long terme, les résultats mèneront à un meilleur taux de survie et à des conséquences à long terme moindres pour les enfants atteints de cancer.

 

Cochercheurs :

Conrad Fernandez Dalhousie University
Cynthia Hawkins Hôpital pour enfants malades
Annie Huang Hôpital pour enfants malades

Nada

Jabado Université McGill

 David

Malkin Hôpital pour enfants malades

 Daniel

Sinnett Centre de recherche CHU Sainte-Justine

 Michael

Taylor Hôpital pour enfants malades