Une approche « systomique » pour assurer la salubrité alimentaire et réduire le fardeau économique de la salmonellose

Chercheurs principaux : Roger C. Levesque, Lawrence Goodridge
Thème : Santé/Agriculture
Concours : Concours Génome Canada - La génomique pour nourrir l'avenir
Statut : En cours
Début : 1er oct. 2015
Fin : 30 sept. 2019
Budget : 9 708 401,00 $



Autrefois, les volailles étaient les suspectes habituelles dans les cas de salmonellose. On sait maintenant que les responsables de la plupart des éclosions de la maladie sont plutôt les fruits et les légumes, qui deviennent contaminés lorsque le sol où ils croissent est pollué par des déchets animaux ou de l'eau non potable. À l'heure actuelle, il n'existe aucune méthode permettant de freiner la croissance des salmonelles sur ces produits.

 

Chaque année, quelque 88 000 personnes au Canada contractent la salmonellose en consommant des aliments contaminés. Chez la plupart des personnes infectées, les symptômes de la maladie sont absents ou légers (crampes abdominales, fièvre, diarrhée). Toutefois, dans les cas graves, l'infection peut provoquer une déshydratation ou se propager au-delà des intestins, exigeant des soins médicaux et entraînant une incapacité, voire la mort. Au Canada, on croit que le fardeau économique de la salmonellose représente près de un milliard de dollars annuellement en raison des frais médicaux, de l'absentéisme au travail et des pertes économiques pour les entreprises alimentaires et les restaurants. 

 

Lawrence Goodridge, de l'Université McGill, et Roger C. Levesque, de l’IBIS à  l'Université Laval, dirigent une équipe qui utilise le séquençage du génome entier pour identifier précisément les souches de salmonelles responsables de la maladie chez l'humain. L'équipe se servira ensuite des résultats de cette recherche pour mettre au point des solutions biologiques naturelles visant à contrôler la présence des salmonelles sur les fruits et les légumes durant leur croissance au champ. L'équipe développera aussi de nouveaux tests de détection des salmonelles, de même que des outils qui permettront aux responsables de la santé publique de découvrir la source des éclosions de salmonellose afin que les aliments contaminés puissent être retirés rapidement des épiceries et des restaurants. Grâce à ces travaux, il sera possible de réduire le nombre de personnes victimes de la salmonellose chaque année ainsi que les coûts économiques de l'infection.


Pour en savoir plus sur ce projet, cliquez ici.