Pipeline de découvertes sur le code postal de l'ARN : de nouveaux outils pour cibler les molécules thérapeutiques à l'échelle infracellulaire

Chercheurs principal : Éric Lécuyer
Thème : Développement de nouvelles technologies
Concours : Concours Génome Canada - Innovation de rupture en génomique
Statut : En cours
Début : 1er juill. 2016
Fin : 30 juin 2018
Budget : 250 000,00 $



Chaque être humain se développe à partir d'une seule cellule. Cette cellule unique se différencie toutefois en milliards de cellules, dont chacune a un rôle particulier à jouer, que ce soit pour lutter contre les infections, transmettre des messages nerveux, servir de protection contre l'environnement ou toute autre fonction dans l'organisme. Pour remplir son rôle, chaque cellule doit organiser ses composantes internes de façon bien précise. Lorsque cette organisation est bonne, le corps humain fonctionne normalement. En revanche, une organisation défaillante peut favoriser l'apparition de maladies, comme des troubles neuromusculaires ou des cancers.

 

On peut comparer cette organisation des cellules à la distribution du courrier. Tout comme les codes postaux permettent aux bureaux de poste d'envoyer le courrier au bon endroit, il existe des « codes postaux » propres aux constituants cellulaires qui les aident à se rendre à la bonne destination. La plupart des études effectuées sur ce processus d'organisation concernent le rôle des protéines. Dans cette étude, Éric Lécuyer (Université de Montréal) et son équipe se penchent sur une autre classe de molécules, les acides ribonucléiques, ou ARN. L'équipe a déjà découvert que les molécules d'ARN semblent jouer un rôle majeur dans l'organisation cellulaire. Elle va désormais tenter d'identifier les « codes postaux » présents dans différents types de molécules d'ARN qui les transportent à divers endroits de la cellule.

 

Les connaissances qui en découleront leur permettront d'utiliser ces molécules d'ARN pour manipuler le comportement cellulaire et mettre au point des traitements innovants contre de nombreuses maladies liées à des défaillances de l'organisation cellulaire, notamment certaines affections génétiques pour lesquelles il n'existe aucun traitement à l'heure actuelle.

 

 

Cochercheurs principaux :

Mathieu

Blanchette

Université McGill

Jérôme

Waldispühl 

Université McGill