Méthodes computationelles et bases de données permettant d'identifier les petites molécules de liaison à l'ARN qui régulent l'expression génétique

Chercheurs principal : Jérôme Waldispühl
Thème : Développement de nouvelles technologies
Concours : Concours 2015 en bio-informatique et en génématique
Statut : En cours
Début : 1er oct. 2016
Fin : 30 sept. 2018
Budget : 250 000,00 $



L'ARN messager (ARNm) désigne des molécules d'ARN qui transportent les messages de l'ADN dans le cadre de l'expression génétique. Les riborégulateurs, qui n'ont été découverts qu'en 2002, semblent être une classe ancienne, mais répandue, d'éléments de l'ARNm. L'un de ces riborégulateurs, le riborégulateur activé par la flavine mononucléotide (FMN), offre une cible prometteuse pour les antibiotiques. Ce riborégulateur joue un rôle essentiel dans la production de la riboflavine (ou vitamine B2) chez les bactéries, mais non chez les humains. L'activation du riborégulateur FMN bactérien pourrait donc interrompre cette voie biosynthétique et empêcher la croissance des bactéries, sans avoir d'incidence sur la santé humaine. Il est très probable que plusieurs autres riborégulateurs pourraient être des cibles potentielles pour de nouvelles petites molécules thérapeutiques. Il reste toutefois à les découvrir, ainsi qu'à découvrir les petites molécules qui s'y fixent.

 

Cependant, la recherche de petites molécules peut être un processus long et fastidieux. Le criblage virtuel à haut débit est un procédé à la fois plus rapide et moins coûteux que toute autre approche expérimentale. Les professeurs Jérôme Waldispühl et Nicolas Moitessier, tous deux de l'Université McGill, sont à mettre au point l'infrastructure et la technologie computationnelles nécessaires pour le criblage du génome entier des éléments des riborégulateurs et pour l'identification de petites molécules nouvelles qui les activent.

 

Cochercheur principal : 

Nicolas Moitessier Université McGill