De nouveaux tests pronostiques, de l’espoir pour les patients atteints de leucémies

  • Accueil
  • Santé
  • De nouveaux tests pronostiques, de l’espoir pour les patients atteints de leucémies

» Partager cette page



Le verdict tombe comme une tonne de briques :
« Vous avez une leucémie. » Mais l'avenir est porteur d'espoir.


Ce n’est qu’un peu plus tard, après avoir encaissé ce premier coup, que le patient apprendra pourquoi le médecin a parlé d’une leucémie et non de la leucémie. En 2015, ce sont 6200 Canadiens qui recevront ce diagnostic. 2700 n'y survivront pas.

Pour comprendre les leucémies, il faut savoir qu'il s'agit de cancers. Contrairement à l’appellation populaire, il ne s’agit pas d’un cancer du sang, mais de la moelle osseuse. Chez une personne en bonne santé, les cellules de la moelle osseuse se divisent en différents types de cellule du sang.

Si elles deviennent des cellules souches lymphoïdes, elles donneront des lymphocytes (un type de globule blanc). Celles qui deviennent des cellules souches myéloïdes donneront les autres types cellulaires : globules rouges, plaquettes et deux autres sortes de globules blancs (monocytes et granulocytes). Toutes ces cellules passent ensuite de la moelle osseuse vers le sang. Il se produit en continu des millions de cellules sanguines par jour pour assurer le remplacement de celles qui meurent.

Mais lorsqu’une cellule de la moelle osseuse devient cancéreuse, elle se met à se diviser sans arrêt et produit une surabondance d’un type particulier de cellules, souvent non fonctionnelles.

On parle de leucémie lymphoïde lorsque le problème touche les cellules de la lignée lymphoïde et de leucémie myéloïde si les cellules surnuméraires sont de la lignée myéloïde. Le type de leucémie se précise ensuite selon qu’elle est chronique ou aigüe et selon d’autres critères plus complexes.

« Certains types de leucémie se traitent relativement plus facilement, explique le Dr Sauvageau. La leucémie lymphoïde aigüe par exemple, la plus courante chez les jeunes enfants, se guérit dans environ 80 % des cas. La forme myéloïde aigüe, par contre, est plus coriace et la majorité des patients décèdent dans les deux ans suivant le diagnostic. Pour le moment, les tests pour poser un pronostic précis sont inexistants. »


Le rêve du Dr Sauvageau et de son équipe est de trouver une façon rapide de déterminer de quel type de leucémie souffre un patient et de lui transmettre plus rapidement un pronostic dans le but d'augmenter ses chances de survie.


Ce qu’il y a de bien avec les rêves, c’est qu’ils peuvent se réaliser. Lancé en 2009, le projet Leucégène du Dr Guy Sauvageau et de la Dre Josée Hébert de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont fournira bientôt aux hématologues les outils pour repérer rapidement et clairement le type de leucémie dont un patient est atteint.


Il s'agit d'un test génétique sur une des cellules cancéreuses qui détectera les anomalies génétiques et qui permettra de choisir immédiatement le bon traitement.

 

Pour développer ce test, nous pouvons compter sur la Banque de cellules leucémiques du Québec, aussi dirigée par la Dre Josée Hébert.  Il s’agit d’une collection de plus de 850 échantillons de cellules leucémiques congelées qui nous permet de réaliser nos recherches afin d'établir graduellement la liste de toutes les anomalies génétiques en cause pour chaque type de leucémie.



Il y a donc de l'espoir, et ce, grâce à une équipe aguerrie de scientifiques

subventionnée par Génome Québec et Génome Canada.

Guy Sauvageau

« Pour comprendre les leucémies, il faut savoir qu’il s’agit de cancers, donc de cellules détraquées qui se multiplient sans contrôle. Il en existe plusieurs types. Elles ont toutes en commun une profusion anormale de cellules sanguines dans la moelle osseuse et dans le sang. Mais à l'origine, le problème peut être déclenché par plusieurs anomalies génétiques différentes. Le hic, c’est que les tests pour poser un pronostic sont imprécis et laissent les médecins sans outils pour guider leur décision du traitement à appliquer. Grâce à notre découverte, les hématologues auront à leur disposition un test génétique sur une des cellules cancéreuses qui détectera les anomalies génétiques et qui permettra de choisir immédiatement le bon traitement. »

» En savoir plus