La génomique
et votre environnement

Pourquoi les médias nous parlent-ils chaque jour d’enjeux liés à notre environnement? Parce que nous devons faire face aux changements climatiques, aux ressources naturelles qui s’épuisent très rapidement et à la pollution grandissante. Vous ne le savez peut-être pas, mais la génomique est porteuse de solutions pour notre environnement.


La génomique au secours des ressources naturelles

L'accélération de la mondialisation perturbe l'environnement, c'est un fait. Plus que jamais, la question du développement durable s'avère primordiale. Heureusement, grâce à la génomique, de nombreuses solutions biologiques pourraient voir le jour. Et ces solutions donnent la chance aux gouvernements et aux entreprises de faire des choix plus écologiques.

La génomique
et le réchauffement de la planète

Saviez-vous que les recherches en génomique sur les microorganismes, comme les cyanobactéries, pourrait aider la planète à survivre aux changements climatiques causés par l'effet de serre? Très évoluées malgré leur petitesse, les cyanobactéries parviennent, en effet, à transformer le CO2 de l'atmosphère en composés organiques sans produire de gaz à effet de serre. Les chercheurs en génomique de l'environnement souhaitent s'inspirer de cette caractéristique pour trouver des solutions au réchauffement planétaire. Une chose est sûre : les perspectives de solutions aux changements climatiques seront meilleures quand nous comprendrons mieux la biologie moléculaire des plantes et des microorganismes.

Source : Génome Canada

CO2

Par exemple, la génomique permet :

 

En foresterie, la génomique s'intéresse :

  • à valoriser et conserver la diversité génétique naturelle de nos forêts;
  • à déceler les forces et les faiblesses de chaque espèce de conifères étudiée;
  • à développer des méthodes de contrôles biologiques plus efficaces et plus écologiques;
  • à prédire l'apparition des infestations et la dispersion des insectes.

 

Bref, la génomique ouvre la voie à des solutions environnementales plus rentables pour l'industrie tout en assurant la pérennité des ressources naturelles.

Des exemples concrets en foresterie

  • Les scientifiques s'affairent à créer des outils qui permettront de déterminer quels sont les meilleurs arbres à utiliser pour reboiser les forêts (croissance, qualité du bois, adaptation…). À l'heure actuelle, des marqueurs très prometteurs ont été identifiés. D'ailleurs, plusieurs types de cultures génétiquement sélectionnées résistent mieux aujourd'hui aux parasites et aux infections.
  • Grâce à des projets comme Arborea et à d'autres initiatives pilotées par des universités québécoises, l'industrie forestière pourra, au cours des prochaines  années, augmenter sa productivité et sa compétitivité tout en contribuant au développement durable de nos forêts.

 

De plus, l'augmentation des connaissances et la création d'outils génomiques en foresterie permettront, dans un avenir plus ou moins rapproché, d'anticiper et d'atténuer les effets des changements climatiques sur le territoire québécois; de conserver la diversité génétique et biologique des ressources naturelles et d'optimiser la capture du carbone atmosphérique.

Tous ces progrès scientifiques vont, bien sûr, dans le sens d'un développement durable et ouvrent de nouvelles perspectives pour un environnement et un avenir meilleurs.


Pour en savoir plus, visitez notre
section Capsules d’information